Notice: Array to string conversion in /home/paloc/public_html/components/com_sobipro/lib/cms/joomla_common/base/database.php on line 342 Notice: Array to string conversion in /home/paloc/public_html/components/com_sobipro/lib/cms/joomla_common/base/database.php on line 342 Notice: Array to string conversion in /home/paloc/public_html/components/com_sobipro/lib/cms/joomla_common/base/database.php on line 342 SIMENEL
0c353ce81e0c8377f3f410688728cc26.jpg
1d1a76f93de1f2a99b0c1897da0b97a1.jpg
0e85256f5ecce6c8ae3f1db4558d96ef.jpg
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9

Nom

SIMENEL

Prénom

Romain

e-mail

Romain.Simenel@ird.fr

Discipline

Anthropologie

Spécialité

Altérité, transmission

Titre

Ethnologue

Institut

IRD

Statut

Statutaire

Terrain

Maroc, Mauritanie, Mali, Sicile, Andalousie

Publication

RomainSmenel

 

Ethnologue/Anthropologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD),

je m’intéresse à deux piliers de la reproduction des sociétés humaines et de leurs cultures : la capacité à faire de l’étranger et ce qui vient d’ailleurs l’un des siens, et la capacité d’apprentissage et de transmission entre enfants. Après des études d’Histoire à la Sorbonne, je fus formé à l’Université de Nanterre en Anthropologie. J’ai réalisé d’abord un premier travail au Mali en 1999 dans la région de Ségou sur les confréries de chasseurs traditionnels et la représentation des génies dans la culture Bambara. Dans le cadre de ma thèse, j’ai vécu 2 ans dans les montagnes de l’arrière-pays de Sidi Ifni dans le Sud du Maroc, chez les Aït Ba’amran. Mon travail de thèse met en lumière certains grands traits des modes de vie et de pensée de ces collectifs composés en grande majorité d’exilés : primat de l’étranger dans l’histoire locale et la parenté, dévalorisation de l’autochtonie, territoire où la frontière constitue le centre, formes de sanctuarisation des forêts (agdal). Le fruit de ce premier travail est réuni dans l’ouvrage L’origine est aux frontières paru aux éditions du CNRS. Entre 2010 et 2014, je fus affecté à la Faculté Mohamed V de Rabat. Mes dernières recherches portent sur les formes de transmission culturelle entre enfants qui se réalisent au contact de l’environnement. De la transmission de la langue tachelhit, des savoirs apicoles ou encore de la pratique de la gravure rupestre entre enfants bergers, à celle de l’écriture arabe dans les écoles coraniques, mes terrains me permettent d’expliquer comment la dimension sociale, cognitive et langagière de l'esprit humain s'articulent dans l’expérience pratique, symbolique et ontologique de l'environnement.

Projet 1 : Continuités du rupestre et reconfiguration graphique

L’enjeu scientifique de ce projet est de poser la question des fondements cognitifs et culturels de la continuité graphique et de la recomposition artistique sur le temps long à partir de la production rupestre saharienne. Avec l’équipe archéologique dirigée par Gwenola Graff, je travaille sur des sites rupestres dans le Sud-ouest marocain continuellement gravés depuis quelques millénaires jusqu’à nos jours. L’un des rôles de l’anthropologue est ici de donner les outils de compréhension des motivations graphiques des enfants bergers qui recomposent des gravures qui elles-mêmes ont déjà fait l’objet de superposition. Ce projet fait l’objet d’un partenariat mené par Gwenola Graff entre le laboratoire PALOC et la direction du Patrimoine national du Maroc.

Projet 2 : Mémorisation du Coran et transmission de l’écriture arabe

L’ambition de ce projet de recherche consiste en l’étude ethnographique de la question de la mémorisation du Coran et de la transmission de l’écriture arabe, telle qu’elle se réalise aujourd’hui dans les madrassa des régions du Sud Marocain. Ma proposition est que le rapport à l’écrit et au texte dans l’Islam soufi du sud Marocain, comme le recours à la poésie dans l’interprétation ou l’usage du commentaire et sa mise en scène scripturaire dans les manuscrits de l'ouest saharien, trouve ses racines dans l'apprentissage de l'écriture coranique dispensé aux jeunes enfants dans les madrassa, et notamment dans le rapport de la lettre au son et l'utilisation de la tablette. Après avoir exploré ce processus intuitif de l’apprentissage de l’écriture et de la mémorisation des textes coraniques, cette recherche questionne la continuité de ce processus dans la manière dont les étudiants qui décident de continuer d’apprendre l’écriture arabe et de commencer à étudier les sciences islamiques dans les madrasas abordent les manuscrits.

Projet 3 : Les savoirs des faussaires-artisans de fossiles

Ce projet part de la question de la réinterprétation d’une science naturaliste, telle que la paléontologie, dans un contexte marchand par les acteurs locaux dans un pays du Sud. Plus précisément, ce projet cherche à comprendre comment les savoirs naturalistes sont mobilisés dans l'exploitation artisanale et commerciale du patrimoine fossile du Maroc, et comment ils s’articulent avec d’autres types de savoirs, comme les savoirs locaux. La filière des faussaires de fossiles, très active et variée au Maroc, constitue un monde où se côtoient science et imaginaire, connaissance et argument de vente, savoir naturaliste ou populaire, et où les frontières entre le vrai et le faux s’avèrent largement poreuses. Le projet cherche à tirer profit d’un tel contexte pour soumettre à l’épreuve les protocoles d’expertises des fossiles face aux modes culturels et marchands de réappropriation de la paléontologie.

Projet 4 : Transmission et hybridation des savoirs, pratiques et représentations sur l’environnement dans l’Inde contemporaine. Le cas des tribes dans les projets nationaux de conservation de la biodiversité.

La dynamique des acteurs locaux au sein des modes de gouvernance contemporains de la conservation de la biodiversité rend de plus en plus poreuse la distinction entre les savoirs locaux et les savoirs globaux, entre les initiatives des communautés locales et les approches du développement durable ou du patrimoine. Depuis ces dernières années, l’accession de certains membres de communautés locales des pays du Sud au rang de responsable au niveau des programmes de développement durable a multiplié les canaux d’hybridation entre les approches locales et globales. Loin de déséquilibrer le rapport de force, la constitution d’une épistèmê hybride, émergeant de l’interaction entre acteurs d’horizons divers, pourrait au contraire constituer à l’avenir le socle de reproductibilité des projets pilotes et donc des schémas du développement durable. Comment appréhender ce nouveau phénomène et comment y adapter nos outils et nos approches scientifiques et partenariales ? Le cas des tribus en Inde est particulièrement intéressant car elles constituent les groupes indiens ayant été pris en considération le plus tardivement dans le projet national. Longtemps marginalisées dans l’organisation sociale et religieuse de la nation, les tribus sont aujourd’hui fortement sollicitées sous la pression des ONg’s et associations. Comment s’effectue leur réintégration dans l’espace national ? Le rôle qui de plus en plus leur est imputé au niveau national est celui de la conservation de la biodiversité étant donné l’emplacement de leurs habitats, pour la plupart en zone forestière. Les tribus jouent cette carte de « gardiens de la nature » afin de faire valoir leurs droits fonciers et la possibilité de sortir de la marginalité religieuse. C’est ainsi que des tribus habitant dans des parcs naturels ou zone de biosphère n’hésitent pas à jouer le rôle de brahmanes le temps de leurs rituels voués aux dieux hindous des montagnes. Certaines tribus cherchent à se constituer en associations, d’autres en partis politiques, tout cela au nom de la conservation de la biodiversité. Certains deviennent des experts internationaux invités dans les colloques du monde entier ou s’associent à des chercheurs institués pour produire des articles scientifiques. Cette dynamique du jeu des acteurs locaux en Inde tend à brouiller les distinctions classiques des discours, approches et des savoirs sur la biodiversité et participe activement à l’hybridation des connaissances.

Tous ces projets me permettent progressivement de développer une théorie générale sur la transmission culturelle et une critique réflexive sur la question du développement dans ce cadre.

Lien Vidéos :

http://www.fondationfyssen.fr/fr/anthropologie-sociale/resonance-compositions-mondes/

https://www.dailymotion.com/video/xrhd7f

https://www.dailymotion.com/video/xrgt5h

 

Publications

Articles scientifiques

- Simenel R., Aumeeruddy Thomas Y., Salzard M., Amzil L., « From the solitary bee to the social bee. The inventiveness of children in the acquisition of bee-keeping skills (south-west Morocco) », Anthropochildren, 2017. (sous presse)

- Simenel Romain, 2017. « Comment les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler ? La transmission du langage chez les Aït Ba'amran (Maroc) », L'Homme 221 : 75-115.

- Simenel Romain, Graff G., Bailly M. 2017. « Quelques réflexions sur la continuité graphique sur le temps long dans l’art rupestre marocain », Inora 77 : 18-27

- Simenel Romain, Aderghal Mohammed, Sabir Mohammed, Auclair Laurent, 2016. « Cairn, borne ou belvédère ? : Quand le naturalisme et l’analogisme négocient la limite entre espace cultivé et forêt au Maroc ». Anthropologica, 1 : 60-76

- Graff Gwenola, Simenel Romain & Bailly Maxence, 2016. « La longue durée de l’Art rupestre au Sahara, questions et enjeux : l’exemple d’Azrou Klane (Sud Maroc, région de Guelmin) ». Les chroniques de Préhméd

- Simenel Romain & Aarab Ahmed, 2016. « Voler pour séduire. De la continuité dans la fonction de la plume chez les dinosaures et les oiseaux ». Arabic biology and medicine, 4 (2) : 31-39

- Gauquelin Thierry, Michon Geneviève, Joffre Richard, Duponnois Robin, Génin Didier, Fady Bruno, Bou Dagher Magda, Derridj Arezki, Slimani Said, Badri Wadi, Alifriqui Mohamed, Auclair Laurent, Simenel Rromain, Aderghal Mohamed,Baudoin Ezekiel, Galiana Antoine, Prin Yves, Sanguin Hervé, Fernandez Catherine, Baldy Virginie, 2016. « Crossing cultural and ecological approaches to understand Mediterranean forestsdynamics facing global changes », REEC, 16 (5) : DOI 10.1007/s10113-016-0994-3

- Simenel Romain, 2016, « Du récit de l’explorateur au rapport de l’administrateur : Quand les archives coloniales et post-coloniales lèvent le voile sur l’imbroglio territorial du Sahara Occidental ». Compte rendu de l’ouvrage de Jilali El Adnani Le Sahara à l’épreuve de la colonisation, Edition Bouregreg 2014. The Maghreb Review, Volume 41, 2 : 345-353

- Crousilles Audrey, Sayyed Salah, Sforge Mohammed, Simenel Romain, 2015. « Study of the antibacterial properties and the physical chemistry of Moroccan and French honeys ». Arabic biology and medecine, 3 (2) : 29-56.

- Roué Marie, Battesti Vincent, Césard Nicolas & Simenel Romain, 2015. « Pollination viewed by Ethnoecology: Human Knowledge, Human Practices ». Ethnoecologie, 2015 (7) — online: http://ethnoecologie.revues.org

- Simenel Romain, Adam Antonin, Crousilles Audrey, Amzil Lahoucine, Thomas Yildiz, 2015. « La domestication de l’abeille par le territoire : un exemple d’apiculture holiste dans le Sud ouest marocain ». Techniques et Culture, 63 : 258-279

- Simenel Romain, 2015. « Les dépravés de Dieu. Une jeunesse marocaine sous influence chrétienne » in, Les jeunes en Méditerranée, Revue Ateliers – online :https://ateliers.revues.org/10017

- Auclair L. & Simenel R. Quand le forestier endosse les habits du saint… La gestion des frontières communautaires dans le sud marocain. Revue Forestière Française, 2-2013 : 66-81

- Simenel R. « La mémoire à dos d’âne / the Memory on the back of a donkey ». Cahiers du Musée Berbère, 2 : 78-82, 2013

- Aderghal M. & Simenel R. La construction de l’autochtonie au Maroc : des tribus indigènes au paysans amazighs. Espace, Populations, Sociétés, 2012-1 : 59-72

- Simenel R. Le livre comme trésor. Le traitement des manuscrits dans le Sud marocain. Terrain, 59 : 52-69, 2012

- Simenel R.Quand les djinns sèment le doute dans l’ordre des apparences : un contrepoint animiste dans l’ontologie analogique marocaine. Les Rencontres du CJB, 2012, 2 : 13-18, [online] http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers16-12/010059120.pdf

- Simenel R. Comment domestiquer une forêt sans les hommes. Une ethno-écologie historique des forêts d’arganiers du sud-ouest Marocain. Techniques & Culture, 2011, 56 : 224-247

- Auclair L., Baudot P., Genin D., Romagny B., Simenel R. Patrimony and resilience. Lessons from Agdal, a traditional forest management in the Moroccan High Atlas. Ecology and Society, 2011, 16 (4): 24, [online] URL: http://www.ecologyandsociety.org/vol16/iss4/art24/

- Genin D., Simenel R. Endogenous Berber management and the functional shaping of rural forests in Southern Morocco : Implications for shared forest management options. Human Ecology, 2011, 39 (3) : 257-269

- Auclair L., Alifriqui M., Michon G., Simenel R. Agdal. Les voies imazighen de la patrimonialisation du territoire. Hesperis-Tamuda, 2010, numéro spécial « Patrimoine et patrimonialisation au Maroc » dirigé par M. Berriane, XLV, p. 129-149

- Simenel R. Beldi / Roumi : une conception marocaine du produit de terroir, exemple des Aït Ba’amran. Hesperis-Tamuda, 2010, numéro spécial « Patrimoine et patrimonialisation au Maroc » dirigé par M. Berriane, XLV, p. 167-176

- Simenel R., Auclair L. Des agdal dans l’arganeraie marocaine. La diversité des terroirs de l’arganier face aux interventions visant la conservation des écosystèmes. Bulletin Economique et Social du Maroc (BESM), 2010, 2, nouvelle série

- Simenel R., Michon G., Auclair L., Thomas Y., Romagny B., GuyonM. L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. Autrepart, 2009, 50, p. 51-74

- Simenel R. Faire et défaire les origines de l’étranger : quand l’ethnographe est pris pour un banni. Ateliers, 2008, 33, http://journals.openedition.org/ateliers/8216 (en ligne)

- Simenel R. L’origine est aux frontières : Espace, histoire et jihad chez les Ait Ba’amran du Sud Marocain. Transcontinentales, 2006, 3, p. 129-143 http://transcontinentales.revues.org/566

- Simenel R. De la forêt du saint aux pâturages des chrétiens. Perception du paysage et gestion du couvert végétal chez les Ait Ba’amran du Sud Marocain. Cahiers de recherche du Centre Jacques Berque, 2004, 1, p. 119-133

Ouvrages

Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions

- Simenel, R., Modi, N., Hollande, F., Descola, P., and Chakrabarty, D., eds. 2016. L'écologie des mondes : paroles d'ici et d'ailleurs sur le climat et l'environnement = Ecology of our worlds : views on climate and the environment. Marseille: IRD,pp. 148.

- Simenel, R., Modi, N., and Hollande, F., eds. 2015. L'écologie des mondes : paroles d'ici et d'ailleurs sur le climat et l'environnement = Ecology of our worlds : views on climate and the environment. Marseille: IRD,pp. 175.

- Simenel Romain, 2014. Ne mange pas ce livre ! L’enjeu des manuscrits au Sahara. Rabat/Paris : Royaume des Idées, 107 p.

- Simenel Romain, 2014. De Bojador à Boujdour, aux carrefours du cosmopolitisme Ouest Saharien. Rabat : Editions La Croisée des Chemins, coll. Histoire et Sociétés du Maroc Saharien, 297 p.

- Simenel R. 2010, L’origine est aux frontières. Les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers (Sud Maroc). Paris : Editions CNRS – Maison des sciences de l’homme, coll. Les chemins de l’ethnologie, 328p.

Chapitres d’ouvrage

- Simenel Romain, 2017, « Revisiter l’anthropologie espagnole des Ouled Tidrarin du Sahara occidental à la lumière de ses implications politiques contemporaines », In Culture et Politique dans l’Ouest Saharien, Sébastien Boulay et Francisco Freire (Eds), Paris, L’Etrave, 243-270.

- Adam Antonin, Michon Geneviève, Alifriqui Mohamed, Boujrouf Said, Amzil Lahoucine, and Simenel Romain, 2016, « Des terroirs apicoles aux territoires mellifères ? : reconfiguration des pratiques et des espaces apicoles du Sud marocain ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines, pp. 125-144.

- Aderghal Mohammed, and Simenel Romain, 2016, « Le terroir au Maroc à l'épreuve de la construction sociopolitique des territoires dans la durée ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines pp. 51-68.

- Barthes Angela, Baudot Patrick, Alifriqui Mohamed, Michon Geneviève, Genin Didier, Kamil Hassan, Romagny Bruno, and Simenel Romain, 2016, « Dynamiques d'innovations des arrière-pays arides marocains : le cas du figuier de Barbarie, une ressource territoriale en émergence ? ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines pp. 145-158.

- Simenel Romain and Aumeeruddy-Thomas Yildiz, 2016, « Local meanings of argan tree and bee diversity within man-made territories ». In The Mediterranean region under climate change : a scientific update, S. Thiébault and Jean-Paul Moatti (eds.), Marseille: IRD ; AllEnvi pp. 543-550.

- Gauquelin Thierry, Michon Geneviève, Joffre Richard, Duponnois Robin, Génin Didier, Fady Bruno, Bou Dagher Magda, Derridj Arezki, Slimani Said, Badri Wadi, Alifriqui Mohamed, Auclair Laurent, Simenel Romain, Aderghal Mohamed,Baudoin Ezekiel, Galiana Antoine, Prin Yves, Sanguin Hervé, Fernandez Catherine, Baldy Virginie, 2016, « Mediterranean forests, biocultural heritage and climate change : a social-ecological perspective ». In The Mediterranean region under climate change : a scientific update, S. Thiébault and Jean-Paul Moatti (eds.), Marseille: IRD ; AllEnvi pp. 339-348.

- Simenel Romain, Graff Gwenola and Aderghal Mohammed, 2015, « De la concession de l'archéologue (Egypte) au terroir de l'ethnologue et du géographe (Maroc) : comment les nations encadrent le terrain des SHS au Sud pour en faire une expertise ? ». In Fabric-acteurs de patrimoine : implication, participation et postures du chercheur dans la patrimonialisation, Charles-Édouard de Suremain and Jean-Christophe Galipaud (eds.), Igé (FRA) ; Marseille: L'Etrave ; IRD pp. 129-168.

- Simenel Romain, 2014 « La creencia en los genios. Reflexiones sobre el onanismo desde la dualidad (sur de Marruecos) ». In Sexo y Fe. Lecturas anthropologicas de creencias sexuales y practicas religiosas dirigé par Dimitri Karadimas et Karine Tinat, El Colegio de Mexico, pp.173-182.

- Graff Gwenola, Auclair Laurent, Lemjidi Abdelmalek, and Simenel Romain, 2014, « Paysages gravés : approche comparée de l'art rupestre au sud de la Méditerranée (Egype/Maroc) ». In Une archéologie pour le développement, Jean-Christophe Galipaud and Dominique Guillaud (eds.), Marseille: Ed. La Discussion pp. 47-55.

- Simenel Romain, Romagny Bruno, Auclair Laurent, 2014, « Les femmes berbères gardiennes des secrets de l'arganier : le détournement des pratiques locales », in Guetat-Bernard, H., Saussey, M. (éd.), Genre et savoirs. Pratiques et innovations rurales au Sud, IRD, coll. A travers champ, chap. 6, pp. 179-201.

- Simenel R. 2012, « Un ethnologue dans l’agdal. Une autre conception des sanctuaires écologiques en terre d’arganiers ». In Auclair L., Alifriqui M. Agdal. Patrimoine socio-écologique de l’Atlas marocain. IRD-IRCAM (éds.), p. 283-298, Rabat,

- Michon G., Simenel R., Sorba J.-M. 2011, Forêts domestiques, savoir-faire et savoirs naturalistes : quelles natures, quelles démarches, pour quels patrimoines ? in Furt J-M. et Fazi A. Vivre du patrimoine. Un nouveau modèle de développement. L’Harmattan. p. 533-552

- Simenel R. 2010, Le grand commerce de la baraka : les moussems du Sud Marocain. In Franck Mermier et Michel Peraldi. Mondes et places du marché en méditerranée. Paris : Karthala, p. 215-226

- Simenel R. 2008, De la parole des bergers à l’érudition des savants. La poésie dans le monde berbère du Sud marocain. In Les aventuriers de la culture. Paris : éditions Naïve France, p. 118-121

Articles de vulgarisation et presse écrite

Auteur

- Simenel R. « En images : quand le climat joue au yo-yo au Sahara », National Geographic, 15 juillet 2016 : http://www.nationalgeographic.fr/29015-images-climat-joue-yo-yo-sahara/

- Simenel R., Meddeb M. et Westerhoff L. Derrière les combats, un conflit religieux : Un trésor de la culture islamique est en péril. Le Monde, 23 avril 2013, p.17

- Simenel R. Les miels des forêts d’arganiers. Dossier thématique de l’IRD - "Suds en ligne" intitulé "Des forêts et des hommes" : http://www.suds-en-ligne.ird.fr/foret/index.html, 2011

- Simenel R. La forêt d'arganiers du Maroc est-elle une forêt "naturelle" ? Une histoire de point de vue. Dossier thématique de l’IRD - "Suds en ligne" intitulé "Des forêts et des hommes" : http://www.suds-en-ligne.ird.fr/foret/index.html, 2011

- Simenel R. Gardiens aux frontières. Revue Economia, 2011, 11, p. 56

- Simenel R. Un cactus très prisé. Sciences au Sud – Le journal de l’IRD, 2010, 57, p. 4

- Simenel R. Les deux visages de l’huile d’argan. Sciences au Sud – Le journal de l’IRD, 2009, 51, p. 13

Interview

- « Comment mettre à profit l’ingéniosité marocaine pour la sauvegarde du désert » (Interview), Tel quel, 17 aout 2016 :

http://telquel.ma/2016/08/17/comment-mettre-a-profit-lingeniosite-marocaine-pour-la-sauvegarde-du-desert_1510895

- « Maroc : quand l’arganier disparaît, le désert avance » (Interview), National Geographic, 25 juillet 2016 :

http://www.nationalgeographic.fr/29441-maroc-larganier-disparait-desert-avance/

- « ‘Face au wahhabisme, les zaouïas du Sahara défendent une forme de critique libre’ », Le monde des religions, Interview par Stricot M., 2 Mars 2016 :

http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/romain-simenel-face-au-wahhabisme-les-zaouias-du-sahara-defendent-une-forme-de-critique-libre-02-03-2016-5352_110.php

- Le Monde portrait du 2 février 2014 : « Romain Simenel, ethnologue empathique »

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/03/romain-simenel-ethnologue-empathique_4359332_1650684.html

- Interview dans l’article de Westerhoff L. « Au marché noir du manuscrit malien », Libération, 17 mars 2013 : http://www.liberation.fr/culture/2013/03/17/au-marche-noir-du-manuscrit-malien_889215

- Le Monde portrait du 2 février 2014 : « Romain Simenel, ethnologue empathique »

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/03/romain-simenel-ethnologue-empathique_4359332_1650684.html

- Interview dans l’article de Westerhoff L. « Au marché noir du manuscrit malien », Libération, 17 mars 2013 : http://www.liberation.fr/culture/2013/03/17/au-marche-noir-du-manuscrit-malien_889215

                                                                                                                                                                                                                                

Film

Simenel R.La mémoire à dos d’âne. Documentaire, 28’, Le cinéma des ethnologues, 2008, Paris X Nanterre

(1ère diffusion au Musée du Quai Branly le 09 novembre 2008 dans le cadre du mois du film documentaire ; diffusé aussi lors de la semaine du documentaire au Centre des arts, cultures et traditions populaire de La Paz du 28 février-4 mars 2011)

En ligne : http://www.antropologiavisual.net/2009/memorias-a-lomos-de-un-asno/

Powered by Sigsiu.NET
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z 0-9

Nom

SIMENEL

Prénom

Romain

e-mail

Romain.Simenel@ird.fr

Discipline

Anthropologie

Spécialité

Altérité, transmission

Titre

Ethnologue

Institut

IRD

Statut

Statutaire

Terrain

Maroc, Mauritanie, Mali, Sicile, Andalousie

Publication

RomainSmenel

 

Ethnologue/Anthropologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD),

je m’intéresse à deux piliers de la reproduction des sociétés humaines et de leurs cultures : la capacité à faire de l’étranger et ce qui vient d’ailleurs l’un des siens, et la capacité d’apprentissage et de transmission entre enfants. Après des études d’Histoire à la Sorbonne, je fus formé à l’Université de Nanterre en Anthropologie. J’ai réalisé d’abord un premier travail au Mali en 1999 dans la région de Ségou sur les confréries de chasseurs traditionnels et la représentation des génies dans la culture Bambara. Dans le cadre de ma thèse, j’ai vécu 2 ans dans les montagnes de l’arrière-pays de Sidi Ifni dans le Sud du Maroc, chez les Aït Ba’amran. Mon travail de thèse met en lumière certains grands traits des modes de vie et de pensée de ces collectifs composés en grande majorité d’exilés : primat de l’étranger dans l’histoire locale et la parenté, dévalorisation de l’autochtonie, territoire où la frontière constitue le centre, formes de sanctuarisation des forêts (agdal). Le fruit de ce premier travail est réuni dans l’ouvrage L’origine est aux frontières paru aux éditions du CNRS. Entre 2010 et 2014, je fus affecté à la Faculté Mohamed V de Rabat. Mes dernières recherches portent sur les formes de transmission culturelle entre enfants qui se réalisent au contact de l’environnement. De la transmission de la langue tachelhit, des savoirs apicoles ou encore de la pratique de la gravure rupestre entre enfants bergers, à celle de l’écriture arabe dans les écoles coraniques, mes terrains me permettent d’expliquer comment la dimension sociale, cognitive et langagière de l'esprit humain s'articulent dans l’expérience pratique, symbolique et ontologique de l'environnement.

Projet 1 : Continuités du rupestre et reconfiguration graphique

L’enjeu scientifique de ce projet est de poser la question des fondements cognitifs et culturels de la continuité graphique et de la recomposition artistique sur le temps long à partir de la production rupestre saharienne. Avec l’équipe archéologique dirigée par Gwenola Graff, je travaille sur des sites rupestres dans le Sud-ouest marocain continuellement gravés depuis quelques millénaires jusqu’à nos jours. L’un des rôles de l’anthropologue est ici de donner les outils de compréhension des motivations graphiques des enfants bergers qui recomposent des gravures qui elles-mêmes ont déjà fait l’objet de superposition. Ce projet fait l’objet d’un partenariat mené par Gwenola Graff entre le laboratoire PALOC et la direction du Patrimoine national du Maroc.

Projet 2 : Mémorisation du Coran et transmission de l’écriture arabe

L’ambition de ce projet de recherche consiste en l’étude ethnographique de la question de la mémorisation du Coran et de la transmission de l’écriture arabe, telle qu’elle se réalise aujourd’hui dans les madrassa des régions du Sud Marocain. Ma proposition est que le rapport à l’écrit et au texte dans l’Islam soufi du sud Marocain, comme le recours à la poésie dans l’interprétation ou l’usage du commentaire et sa mise en scène scripturaire dans les manuscrits de l'ouest saharien, trouve ses racines dans l'apprentissage de l'écriture coranique dispensé aux jeunes enfants dans les madrassa, et notamment dans le rapport de la lettre au son et l'utilisation de la tablette. Après avoir exploré ce processus intuitif de l’apprentissage de l’écriture et de la mémorisation des textes coraniques, cette recherche questionne la continuité de ce processus dans la manière dont les étudiants qui décident de continuer d’apprendre l’écriture arabe et de commencer à étudier les sciences islamiques dans les madrasas abordent les manuscrits.

Projet 3 : Les savoirs des faussaires-artisans de fossiles

Ce projet part de la question de la réinterprétation d’une science naturaliste, telle que la paléontologie, dans un contexte marchand par les acteurs locaux dans un pays du Sud. Plus précisément, ce projet cherche à comprendre comment les savoirs naturalistes sont mobilisés dans l'exploitation artisanale et commerciale du patrimoine fossile du Maroc, et comment ils s’articulent avec d’autres types de savoirs, comme les savoirs locaux. La filière des faussaires de fossiles, très active et variée au Maroc, constitue un monde où se côtoient science et imaginaire, connaissance et argument de vente, savoir naturaliste ou populaire, et où les frontières entre le vrai et le faux s’avèrent largement poreuses. Le projet cherche à tirer profit d’un tel contexte pour soumettre à l’épreuve les protocoles d’expertises des fossiles face aux modes culturels et marchands de réappropriation de la paléontologie.

Projet 4 : Transmission et hybridation des savoirs, pratiques et représentations sur l’environnement dans l’Inde contemporaine. Le cas des tribes dans les projets nationaux de conservation de la biodiversité.

La dynamique des acteurs locaux au sein des modes de gouvernance contemporains de la conservation de la biodiversité rend de plus en plus poreuse la distinction entre les savoirs locaux et les savoirs globaux, entre les initiatives des communautés locales et les approches du développement durable ou du patrimoine. Depuis ces dernières années, l’accession de certains membres de communautés locales des pays du Sud au rang de responsable au niveau des programmes de développement durable a multiplié les canaux d’hybridation entre les approches locales et globales. Loin de déséquilibrer le rapport de force, la constitution d’une épistèmê hybride, émergeant de l’interaction entre acteurs d’horizons divers, pourrait au contraire constituer à l’avenir le socle de reproductibilité des projets pilotes et donc des schémas du développement durable. Comment appréhender ce nouveau phénomène et comment y adapter nos outils et nos approches scientifiques et partenariales ? Le cas des tribus en Inde est particulièrement intéressant car elles constituent les groupes indiens ayant été pris en considération le plus tardivement dans le projet national. Longtemps marginalisées dans l’organisation sociale et religieuse de la nation, les tribus sont aujourd’hui fortement sollicitées sous la pression des ONg’s et associations. Comment s’effectue leur réintégration dans l’espace national ? Le rôle qui de plus en plus leur est imputé au niveau national est celui de la conservation de la biodiversité étant donné l’emplacement de leurs habitats, pour la plupart en zone forestière. Les tribus jouent cette carte de « gardiens de la nature » afin de faire valoir leurs droits fonciers et la possibilité de sortir de la marginalité religieuse. C’est ainsi que des tribus habitant dans des parcs naturels ou zone de biosphère n’hésitent pas à jouer le rôle de brahmanes le temps de leurs rituels voués aux dieux hindous des montagnes. Certaines tribus cherchent à se constituer en associations, d’autres en partis politiques, tout cela au nom de la conservation de la biodiversité. Certains deviennent des experts internationaux invités dans les colloques du monde entier ou s’associent à des chercheurs institués pour produire des articles scientifiques. Cette dynamique du jeu des acteurs locaux en Inde tend à brouiller les distinctions classiques des discours, approches et des savoirs sur la biodiversité et participe activement à l’hybridation des connaissances.

Tous ces projets me permettent progressivement de développer une théorie générale sur la transmission culturelle et une critique réflexive sur la question du développement dans ce cadre.

Lien Vidéos :

http://www.fondationfyssen.fr/fr/anthropologie-sociale/resonance-compositions-mondes/

https://www.dailymotion.com/video/xrhd7f

https://www.dailymotion.com/video/xrgt5h

 

Publications

Articles scientifiques

- Simenel R., Aumeeruddy Thomas Y., Salzard M., Amzil L., « From the solitary bee to the social bee. The inventiveness of children in the acquisition of bee-keeping skills (south-west Morocco) », Anthropochildren, 2017. (sous presse)

- Simenel Romain, 2017. « Comment les animaux et les fleurs apprennent aux enfants à parler ? La transmission du langage chez les Aït Ba'amran (Maroc) », L'Homme 221 : 75-115.

- Simenel Romain, Graff G., Bailly M. 2017. « Quelques réflexions sur la continuité graphique sur le temps long dans l’art rupestre marocain », Inora 77 : 18-27

- Simenel Romain, Aderghal Mohammed, Sabir Mohammed, Auclair Laurent, 2016. « Cairn, borne ou belvédère ? : Quand le naturalisme et l’analogisme négocient la limite entre espace cultivé et forêt au Maroc ». Anthropologica, 1 : 60-76

- Graff Gwenola, Simenel Romain & Bailly Maxence, 2016. « La longue durée de l’Art rupestre au Sahara, questions et enjeux : l’exemple d’Azrou Klane (Sud Maroc, région de Guelmin) ». Les chroniques de Préhméd

- Simenel Romain & Aarab Ahmed, 2016. « Voler pour séduire. De la continuité dans la fonction de la plume chez les dinosaures et les oiseaux ». Arabic biology and medicine, 4 (2) : 31-39

- Gauquelin Thierry, Michon Geneviève, Joffre Richard, Duponnois Robin, Génin Didier, Fady Bruno, Bou Dagher Magda, Derridj Arezki, Slimani Said, Badri Wadi, Alifriqui Mohamed, Auclair Laurent, Simenel Rromain, Aderghal Mohamed,Baudoin Ezekiel, Galiana Antoine, Prin Yves, Sanguin Hervé, Fernandez Catherine, Baldy Virginie, 2016. « Crossing cultural and ecological approaches to understand Mediterranean forestsdynamics facing global changes », REEC, 16 (5) : DOI 10.1007/s10113-016-0994-3

- Simenel Romain, 2016, « Du récit de l’explorateur au rapport de l’administrateur : Quand les archives coloniales et post-coloniales lèvent le voile sur l’imbroglio territorial du Sahara Occidental ». Compte rendu de l’ouvrage de Jilali El Adnani Le Sahara à l’épreuve de la colonisation, Edition Bouregreg 2014. The Maghreb Review, Volume 41, 2 : 345-353

- Crousilles Audrey, Sayyed Salah, Sforge Mohammed, Simenel Romain, 2015. « Study of the antibacterial properties and the physical chemistry of Moroccan and French honeys ». Arabic biology and medecine, 3 (2) : 29-56.

- Roué Marie, Battesti Vincent, Césard Nicolas & Simenel Romain, 2015. « Pollination viewed by Ethnoecology: Human Knowledge, Human Practices ». Ethnoecologie, 2015 (7) — online: http://ethnoecologie.revues.org

- Simenel Romain, Adam Antonin, Crousilles Audrey, Amzil Lahoucine, Thomas Yildiz, 2015. « La domestication de l’abeille par le territoire : un exemple d’apiculture holiste dans le Sud ouest marocain ». Techniques et Culture, 63 : 258-279

- Simenel Romain, 2015. « Les dépravés de Dieu. Une jeunesse marocaine sous influence chrétienne » in, Les jeunes en Méditerranée, Revue Ateliers – online :https://ateliers.revues.org/10017

- Auclair L. & Simenel R. Quand le forestier endosse les habits du saint… La gestion des frontières communautaires dans le sud marocain. Revue Forestière Française, 2-2013 : 66-81

- Simenel R. « La mémoire à dos d’âne / the Memory on the back of a donkey ». Cahiers du Musée Berbère, 2 : 78-82, 2013

- Aderghal M. & Simenel R. La construction de l’autochtonie au Maroc : des tribus indigènes au paysans amazighs. Espace, Populations, Sociétés, 2012-1 : 59-72

- Simenel R. Le livre comme trésor. Le traitement des manuscrits dans le Sud marocain. Terrain, 59 : 52-69, 2012

- Simenel R.Quand les djinns sèment le doute dans l’ordre des apparences : un contrepoint animiste dans l’ontologie analogique marocaine. Les Rencontres du CJB, 2012, 2 : 13-18, [online] http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers16-12/010059120.pdf

- Simenel R. Comment domestiquer une forêt sans les hommes. Une ethno-écologie historique des forêts d’arganiers du sud-ouest Marocain. Techniques & Culture, 2011, 56 : 224-247

- Auclair L., Baudot P., Genin D., Romagny B., Simenel R. Patrimony and resilience. Lessons from Agdal, a traditional forest management in the Moroccan High Atlas. Ecology and Society, 2011, 16 (4): 24, [online] URL: http://www.ecologyandsociety.org/vol16/iss4/art24/

- Genin D., Simenel R. Endogenous Berber management and the functional shaping of rural forests in Southern Morocco : Implications for shared forest management options. Human Ecology, 2011, 39 (3) : 257-269

- Auclair L., Alifriqui M., Michon G., Simenel R. Agdal. Les voies imazighen de la patrimonialisation du territoire. Hesperis-Tamuda, 2010, numéro spécial « Patrimoine et patrimonialisation au Maroc » dirigé par M. Berriane, XLV, p. 129-149

- Simenel R. Beldi / Roumi : une conception marocaine du produit de terroir, exemple des Aït Ba’amran. Hesperis-Tamuda, 2010, numéro spécial « Patrimoine et patrimonialisation au Maroc » dirigé par M. Berriane, XLV, p. 167-176

- Simenel R., Auclair L. Des agdal dans l’arganeraie marocaine. La diversité des terroirs de l’arganier face aux interventions visant la conservation des écosystèmes. Bulletin Economique et Social du Maroc (BESM), 2010, 2, nouvelle série

- Simenel R., Michon G., Auclair L., Thomas Y., Romagny B., GuyonM. L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. Autrepart, 2009, 50, p. 51-74

- Simenel R. Faire et défaire les origines de l’étranger : quand l’ethnographe est pris pour un banni. Ateliers, 2008, 33, http://journals.openedition.org/ateliers/8216 (en ligne)

- Simenel R. L’origine est aux frontières : Espace, histoire et jihad chez les Ait Ba’amran du Sud Marocain. Transcontinentales, 2006, 3, p. 129-143 http://transcontinentales.revues.org/566

- Simenel R. De la forêt du saint aux pâturages des chrétiens. Perception du paysage et gestion du couvert végétal chez les Ait Ba’amran du Sud Marocain. Cahiers de recherche du Centre Jacques Berque, 2004, 1, p. 119-133

Ouvrages

Monographies et ouvrages scientifiques, éditions critiques, traductions

- Simenel, R., Modi, N., Hollande, F., Descola, P., and Chakrabarty, D., eds. 2016. L'écologie des mondes : paroles d'ici et d'ailleurs sur le climat et l'environnement = Ecology of our worlds : views on climate and the environment. Marseille: IRD,pp. 148.

- Simenel, R., Modi, N., and Hollande, F., eds. 2015. L'écologie des mondes : paroles d'ici et d'ailleurs sur le climat et l'environnement = Ecology of our worlds : views on climate and the environment. Marseille: IRD,pp. 175.

- Simenel Romain, 2014. Ne mange pas ce livre ! L’enjeu des manuscrits au Sahara. Rabat/Paris : Royaume des Idées, 107 p.

- Simenel Romain, 2014. De Bojador à Boujdour, aux carrefours du cosmopolitisme Ouest Saharien. Rabat : Editions La Croisée des Chemins, coll. Histoire et Sociétés du Maroc Saharien, 297 p.

- Simenel R. 2010, L’origine est aux frontières. Les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers (Sud Maroc). Paris : Editions CNRS – Maison des sciences de l’homme, coll. Les chemins de l’ethnologie, 328p.

Chapitres d’ouvrage

- Simenel Romain, 2017, « Revisiter l’anthropologie espagnole des Ouled Tidrarin du Sahara occidental à la lumière de ses implications politiques contemporaines », In Culture et Politique dans l’Ouest Saharien, Sébastien Boulay et Francisco Freire (Eds), Paris, L’Etrave, 243-270.

- Adam Antonin, Michon Geneviève, Alifriqui Mohamed, Boujrouf Said, Amzil Lahoucine, and Simenel Romain, 2016, « Des terroirs apicoles aux territoires mellifères ? : reconfiguration des pratiques et des espaces apicoles du Sud marocain ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines, pp. 125-144.

- Aderghal Mohammed, and Simenel Romain, 2016, « Le terroir au Maroc à l'épreuve de la construction sociopolitique des territoires dans la durée ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines pp. 51-68.

- Barthes Angela, Baudot Patrick, Alifriqui Mohamed, Michon Geneviève, Genin Didier, Kamil Hassan, Romagny Bruno, and Simenel Romain, 2016, « Dynamiques d'innovations des arrière-pays arides marocains : le cas du figuier de Barbarie, une ressource territoriale en émergence ? ». In Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? : une expérience marocaine, Marseille (FRA) ; Rabat: IRD ; Faculté des Lettres et des Sciences humaines pp. 145-158.

- Simenel Romain and Aumeeruddy-Thomas Yildiz, 2016, « Local meanings of argan tree and bee diversity within man-made territories ». In The Mediterranean region under climate change : a scientific update, S. Thiébault and Jean-Paul Moatti (eds.), Marseille: IRD ; AllEnvi pp. 543-550.

- Gauquelin Thierry, Michon Geneviève, Joffre Richard, Duponnois Robin, Génin Didier, Fady Bruno, Bou Dagher Magda, Derridj Arezki, Slimani Said, Badri Wadi, Alifriqui Mohamed, Auclair Laurent, Simenel Romain, Aderghal Mohamed,Baudoin Ezekiel, Galiana Antoine, Prin Yves, Sanguin Hervé, Fernandez Catherine, Baldy Virginie, 2016, « Mediterranean forests, biocultural heritage and climate change : a social-ecological perspective ». In The Mediterranean region under climate change : a scientific update, S. Thiébault and Jean-Paul Moatti (eds.), Marseille: IRD ; AllEnvi pp. 339-348.

- Simenel Romain, Graff Gwenola and Aderghal Mohammed, 2015, « De la concession de l'archéologue (Egypte) au terroir de l'ethnologue et du géographe (Maroc) : comment les nations encadrent le terrain des SHS au Sud pour en faire une expertise ? ». In Fabric-acteurs de patrimoine : implication, participation et postures du chercheur dans la patrimonialisation, Charles-Édouard de Suremain and Jean-Christophe Galipaud (eds.), Igé (FRA) ; Marseille: L'Etrave ; IRD pp. 129-168.

- Simenel Romain, 2014 « La creencia en los genios. Reflexiones sobre el onanismo desde la dualidad (sur de Marruecos) ». In Sexo y Fe. Lecturas anthropologicas de creencias sexuales y practicas religiosas dirigé par Dimitri Karadimas et Karine Tinat, El Colegio de Mexico, pp.173-182.

- Graff Gwenola, Auclair Laurent, Lemjidi Abdelmalek, and Simenel Romain, 2014, « Paysages gravés : approche comparée de l'art rupestre au sud de la Méditerranée (Egype/Maroc) ». In Une archéologie pour le développement, Jean-Christophe Galipaud and Dominique Guillaud (eds.), Marseille: Ed. La Discussion pp. 47-55.

- Simenel Romain, Romagny Bruno, Auclair Laurent, 2014, « Les femmes berbères gardiennes des secrets de l'arganier : le détournement des pratiques locales », in Guetat-Bernard, H., Saussey, M. (éd.), Genre et savoirs. Pratiques et innovations rurales au Sud, IRD, coll. A travers champ, chap. 6, pp. 179-201.

- Simenel R. 2012, « Un ethnologue dans l’agdal. Une autre conception des sanctuaires écologiques en terre d’arganiers ». In Auclair L., Alifriqui M. Agdal. Patrimoine socio-écologique de l’Atlas marocain. IRD-IRCAM (éds.), p. 283-298, Rabat,

- Michon G., Simenel R., Sorba J.-M. 2011, Forêts domestiques, savoir-faire et savoirs naturalistes : quelles natures, quelles démarches, pour quels patrimoines ? in Furt J-M. et Fazi A. Vivre du patrimoine. Un nouveau modèle de développement. L’Harmattan. p. 533-552

- Simenel R. 2010, Le grand commerce de la baraka : les moussems du Sud Marocain. In Franck Mermier et Michel Peraldi. Mondes et places du marché en méditerranée. Paris : Karthala, p. 215-226

- Simenel R. 2008, De la parole des bergers à l’érudition des savants. La poésie dans le monde berbère du Sud marocain. In Les aventuriers de la culture. Paris : éditions Naïve France, p. 118-121

Articles de vulgarisation et presse écrite

Auteur

- Simenel R. « En images : quand le climat joue au yo-yo au Sahara », National Geographic, 15 juillet 2016 : http://www.nationalgeographic.fr/29015-images-climat-joue-yo-yo-sahara/

- Simenel R., Meddeb M. et Westerhoff L. Derrière les combats, un conflit religieux : Un trésor de la culture islamique est en péril. Le Monde, 23 avril 2013, p.17

- Simenel R. Les miels des forêts d’arganiers. Dossier thématique de l’IRD - "Suds en ligne" intitulé "Des forêts et des hommes" : http://www.suds-en-ligne.ird.fr/foret/index.html, 2011

- Simenel R. La forêt d'arganiers du Maroc est-elle une forêt "naturelle" ? Une histoire de point de vue. Dossier thématique de l’IRD - "Suds en ligne" intitulé "Des forêts et des hommes" : http://www.suds-en-ligne.ird.fr/foret/index.html, 2011

- Simenel R. Gardiens aux frontières. Revue Economia, 2011, 11, p. 56

- Simenel R. Un cactus très prisé. Sciences au Sud – Le journal de l’IRD, 2010, 57, p. 4

- Simenel R. Les deux visages de l’huile d’argan. Sciences au Sud – Le journal de l’IRD, 2009, 51, p. 13

Interview

- « Comment mettre à profit l’ingéniosité marocaine pour la sauvegarde du désert » (Interview), Tel quel, 17 aout 2016 :

http://telquel.ma/2016/08/17/comment-mettre-a-profit-lingeniosite-marocaine-pour-la-sauvegarde-du-desert_1510895

- « Maroc : quand l’arganier disparaît, le désert avance » (Interview), National Geographic, 25 juillet 2016 :

http://www.nationalgeographic.fr/29441-maroc-larganier-disparait-desert-avance/

- « ‘Face au wahhabisme, les zaouïas du Sahara défendent une forme de critique libre’ », Le monde des religions, Interview par Stricot M., 2 Mars 2016 :

http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/romain-simenel-face-au-wahhabisme-les-zaouias-du-sahara-defendent-une-forme-de-critique-libre-02-03-2016-5352_110.php

- Le Monde portrait du 2 février 2014 : « Romain Simenel, ethnologue empathique »

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/03/romain-simenel-ethnologue-empathique_4359332_1650684.html

- Interview dans l’article de Westerhoff L. « Au marché noir du manuscrit malien », Libération, 17 mars 2013 : http://www.liberation.fr/culture/2013/03/17/au-marche-noir-du-manuscrit-malien_889215

- Le Monde portrait du 2 février 2014 : « Romain Simenel, ethnologue empathique »

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/02/03/romain-simenel-ethnologue-empathique_4359332_1650684.html

- Interview dans l’article de Westerhoff L. « Au marché noir du manuscrit malien », Libération, 17 mars 2013 : http://www.liberation.fr/culture/2013/03/17/au-marche-noir-du-manuscrit-malien_889215

                                                                                                                                                                                                                                

Film

Simenel R.La mémoire à dos d’âne. Documentaire, 28’, Le cinéma des ethnologues, 2008, Paris X Nanterre

(1ère diffusion au Musée du Quai Branly le 09 novembre 2008 dans le cadre du mois du film documentaire ; diffusé aussi lors de la semaine du documentaire au Centre des arts, cultures et traditions populaire de La Paz du 28 février-4 mars 2011)

En ligne : http://www.antropologiavisual.net/2009/memorias-a-lomos-de-un-asno/

Powered by Sigsiu.NET